"la seule chose qui ne changera jamais, c'est que tout est toujours en train de changer"(livre du Tao)









Le Turon de Néouvielle par le refuge de la Glère                 
 
              

Difficulté premier jour : Le refuge de la Glère ( depuis Barèges). Rando peu difficile.

Dénivelée : 700m.

Temps estimé : 2h.30 montée au refuge +2h.sur le plateau des lacs.

Altitude départ : 1500m. Route de Lienz.

Itinéraire : Route de Lienz, vallon de la Glère, refuge de la Glère (2184 m.), lacs de la Glère et

de Coume Escure.

Difficulté 2ème jour : L e circuit des 15 lacs : Randonnée assez difficile, cotation R3.

Le Turon de Néouvielle : Difficile, course alpine exigeante en raquettes, cotation R5.

Dénivelée : 980 m. Temps estimé : 7 h.30 avec le retour au parking.

Altitude départ : 2184 m. refuge de la Glère.

Itinéraire : Lacs Estelat Inférieur et Supérieur, Col de Coume Estrète (2767 m.), Turon de

Néouvielle (3035 m.),retour en circuit par les lacs de Maniportet, lacs verts, lac de la Mourèle,lac de

Mounicot,lac de la Glère, refuge de la Glère, et descente au parking route de Lienz.

                                                                                                                

 

Le Soum de l'Aigle et la Montagne d'Areng                   
 
 Groupe CAF/Agen d’A.Thoueilles , 11 participants

 Samedi 10 Février 2017

 Premier jour : Le Soum de l’Aigle ( depuis Cazaux-
Dessus). Rando Peu difficile.
Dénivelée : 750m.
Temps estimé : 5h.
Altitude départ : 1350 m. Relais de télévision.
Itinéraire : Vallon de Balencous, Cap de Tuquet (1841 m.), Cap
de Peyrehicade, Soum de l’Aigle (2078 m.), retour en boucle par la
crête de Portet et Cazaux-Dessus.
 
 2ème jour : L a Montagne d’Areng ( depuis
Ardengost) Randonnée assez difficile, cotation T3.
Dénivelée : 1100 m. Temps estimé : 6 h.30.
Altitude départ : 1000 m. sur piste forestière.
Itinéraire : Plan des pins, Cap du Gros, Crête de la Serre,
Montagne du Pin (2001 m.), Pic d’Areng (2079m.) et retour en
boucle par les Cabanes de Jézeau et pistes forestières jusqu’à
l’embranchement de la route d’Ardengost (1000 m.).
hébergement : Gîte des amis de la Nature à Adervielle dans le Val Louron.
                                                                                

 
                                                                                                                                  Retour en haut de la page




                                                                                                                                                       
       
 
 Batoua express 3033 m       Dimanche 19 juillet 2009 Christel, Isabelle, Jean, Eric et Daniel  
 

A la demande des 3 premiers nommés, candidats à la course du Canigou début Août (33 km 2200m de dénivelé positif) nous avons fait un 3000 facile, pas loin de chez nous et ..... Au pas de course !


En tête, Eric dit « le lièvre » qui démarre au galop, derrière lui les 3 (jeunes) lapins qui lui emboîtent le pas, et derrière papy Daniel qui comme un soufflet de forge tentait de leur coller au train !


Départ de l’Hospice de Rieumajou 1660m à 9h, arrivée au col d’Auarère 2525m à 10h45 et sommet du Batoua 3033m à 12h20 soit 3h sans l’arrêt au col ..... Ouf, content d’arriver !!!

 *Beau point de vue sur les proches voisins, Posets et arête des Espadas, Schrader et pics de la Pez, Lustou et autres Suelsa, Cotiella. Au loin le massif du Mont Perdu un peu accroché par les nuages, bref, que du beau monde sous le soleil. Un petit vent de Nord assez frisquet nous rappelait tout de même que nous étions à 3000m.

Un bon entraînement pour nos 3 lascars, mais je crains que l’épreuve du Canigou soit moins festive !! 

 

 
Pic de l'Ibonet ou d'Ariourère                     Jean-Marc et Daniel 

Départ de l’ancien poste de douanes espagnol après le tunnel de Bielsa , on emprunte un petit pont qui traverse le rio Barrosa 1320 m , il est 16h15. La remontée du vallon de Trigoniero se fait par un sentier bien marqué , superbe au milieux des Buis et des merisiers en fleurs, mais il faudra quand même 2h15 pour atteindre la « plana el cabo », tant la sente musarde mais dénivelle peu . nous arrivons à la cabane de Trigoniero 1950m , qui trône au milieu de ce magnifique cirque . Pour ce qui est de l’hostellerie pas besoin de compter les étoiles , elle est fidèle descriptif de Quiennec dans son topo , c'est-à-dire sordide et « sin nadas comoditas » ; tout juste bonne à s’abriter par gros temps. Dommage le site mérite mieux !

Nous avons quand même organisé le repas du soir en terrasse avec un contrevent récupéré derrière la cabane et faisant office de table . Il en faut plus pour nous couper les élans !
Le lendemain , lever 6h et départ 7h par un couloir en neige dure pas mal redressé qui nous a obligé de bon matin à sortir crampons et piolet , nous débouchons sur l’ibon de Trigoniero 2400m d’où nous accédons au pic de l’Ibonet par l’arête sud assez facile : 3h30 depuis la cabane .
Beau point de vue , temps superbe , la routine ! Jean-Marc suggère de redescendre par la face Nord vers le port du Moudang , excellente idée qui nous a évité une laborieuse descente dans le couloir du matin . Vers 12h30 nous étions revenus à l’auberge pour le ricou du dimanche et à 13h30 nous prenions le chemin du retour pour retrouver el coche à 15h. Rando sympha , 4 cairns selon la cotation de notre ami Jacquou !     
 

 

 

     

 

Le Pic de Thou depuis le village d’Ens/ Les lacs de Consaterre            20 Novembre 2009 Alain Thouèilles, Gérard Chaubet et Daniel Duprat


 

Durée 9 heures avec une heure d’arrêt

Dénivelé 1790m

Départ du petit village de Ens 1207m au dessus de Saint Lary à 7h30, la journée s’annonce superbe, nous atteignons à 8h10 le petit lac de la Coume 1763m dont les berges avaient été fraîchement labourées par les sangliers, puis nous arrivons au Pas de la Laubère 2213m à 9h45. Ce petit col nous permet de passer dans le vallon du ruisseau de Hitte Longue autre voie d’accès au pic de Thou depuis la vallée de Rieumajou. Nous redescendons une centaine de mètres et rejoignons après avoir contourné à flanc le pic de Bassia-Sailla l’autre voie montante pour trouver la neige vers 2100m et les 3 lacs de Consaterre 2350m, le plus grand encore libre de glace tandis que les 2 autres sont déjà gelés. Nous arrivons à la brèche sous le sommet à 12h, nous quittons les raquettes pour mettre les crampons et atteindre le sommet du pic de Thou 2743m à 12h40.

Très belle vue sur le Lustou tout proche et le Batoua d’un coté et sur le pic d’Aret objet de notre dernière sortie . Après un arrêt casse-croûte sur les bords du grand lac de Consaterre nous retrouvons Ens à 16h30.

Par Rieumajou, le départ se fait un peu plus bas (1100m) mais le dénivelé global est le même puisque dans notre cas on part de 1200m et on redescend 100m après le Pas de la Laubère cependant la distance est beaucoup plus directe par Hitte Longue en contre partie la montée depuis Ens offre de belles vues bien dégagée.
                                  

       

                          

    Retour en haut de la page

Pics de Sarrouès et d’Aret            28 Octobre 2009  Alain Thoueilles, Gérard Chaubet, Daniel Duprat
 
              

 Mardi soir nous retrouvons Alain à la cabane Thoueilles à Soulan (très confortable, 6 cairns). Mercredi matin, nous laissons le véhicule au bout de la piste forestière d’Artigues à 1300m à 7 heures pour remonter le très sauvage vallon de Lassas. Nous trouvons la neige par plaques (versant Nord) vers 2200m et au niveau du lac de Sarrouès déjà partiellement gelé, nous nous dirigeons Nord-Est vers le col (2715m) point bas entre le  pic d’Aret à gauche et l’arête découpée et aérienne qui monte au pic de Sarrouès à droite. L’idée première était d’atteindre le Sarrouès par cette arête, mais un rocher très délité et une brèche profonde  nous amenaient à quitter l’arête et à redescendre vers 2600m pour contourner les contreforts du pic dont on atteignait le sommet vers 11h30, soit tout de même 1650m de dénivelé positif cumulé. Du sommet, nous redescendons sous le col vers 2550m et Alain et Gérard se lançaient à l’assaut de l’Aret (rien ne les arrêtent !) soit 350m de dénivelé de plus (2000m en tout pour les 2 lascars). Pour ma part je considérais en avoir assez  sous la semelle et je profitais du soleil dans la position du tireur couché pour suivre la progression des 2 compères qui étaient au sommet à 13h07.Dans la descente, on pouvait admirer les très belles couleurs d’automne du vallon de Lassas et on retrouvait le véhicule vers 15h30
                                  
 

 
 

Retour en haut de la page            

 Dent d'Estibère mâle                  9 et 10 Juillet 2005 Jean-Marc et Daniel

En juillet 2003 , nous avions fait le Crabounouse et le Bugarret , mais les troupes étant fourbues , on avait laissé de coté la Dent d’Estibère pour des jours meilleurs !

Jean-Marc , toujours à l’affût d’un trois mille qui traîne , l’a programmé pour ce we .

Départ donc samedi du lac de Cap de Long 2175m à 17h15 et bivouac au dessus du lac de Bugarret à 2335m que nous avons atteint vers 20h30. Il faut dire pour ceux qui ne connaissent pas que le sentier qui longe le lac est longuet et la hourquette de Bugarret 2615m très rude !!!

Malgré un temps incertain et nuageux on échappait à la pluie et le bivouac fut agréable .

Lever 5h45 , départ 6h35 dans le vallon qui monte sans problème hors sentier mais bien cairné jusqu’au lac Tourrat 2620m qui , comme son nom l’indique , était encore en grande partie gelé. Par contre le glacier du Pic Long fait petite mine et préfigure le triste sort réservé à nos glaciers par le réchauffement de la planète.Au dessus du lac on prenait pied sur l’arête Nord qui nous mène sans difficulté au sommet vers 9h15. Un petit vent frisquet nous en délogeait rapidement après le photos d’usage et nous étions de retour au bivouac à midi . La perspective de se retaper la hourquette dans l’autre sens ne déclanchait pas l’enthousiasme , malgré tout nous étions de retour à la voiture vers 15h30 avec tout de même 1800m de dénivelé positif dans les jambes , ce qui fait le double du théorique entre la Dent et le lac de Cap de Long !

124ème trois mille pour Jean-Marc qui malgré les couinements habituels grimpe toujours comme un isard !
 

 Retour en haut de la page

 

Le Lustou 3023 m               11 et 12 juin 2005 Jean-Marc , Michel , Christel , Mathieu et Daniel

Journée découverte rando pour Mathieu , qui pour sa première sortie a apprécié la légendaire convivialité des soirées
cabanes , la marche en crampons et l’escalade sur la facile arête sommitale de son premier trois mille . Christel ,
pour son deuxième après le Néouvielle avait déjà connu l’ambiance CAF d’Astaffort lors des sorties Cap de Gauch
et Hourgade .
Nous démarrons samedi soir vers 18 h du pont de Frédençon ( 1495m) sous un ciel plombé d’orage qui nous réservait
demie heure plus tard , à la sortie de la sapinière de Thou , une salve de grêlons » .*
Le dimanche , lever meunier à 6 heures au grand soulagement de ceux qui n’ont pas fermé l’œil ou si peu , (manque
d’habitude de ce genre d’hostellerie ! ) et départ vers 7 h . on trouvait la neige vers 2400m dans le cirque sous le Lustou ,
heureusement la longue arête qui mène au sommet était presque entièrement déneigée , ce qui a facilité la progression
des néophytes et nous permettait d’atteindre le sommet vers 10h . La visibilité n’était pas parfaite , les restes d’orage
de la veille et les prémices du prochain annoncé troublaient les sommets de brumes de chaleurs . A midi nous étions
de retour à la cabane et à 14h30 on reprenait la voiture pour le chemin du retour sous les premières gouttes prévues.
        
 

   Retour en haut de la page

 

le Pic d'Augas 2213m                   20.21 décembre 2007 Michel, Raymond, Daniel

 

Départ à 1550m derrière le bâtiment DDE dans le virage de l’ancien poste des Douanes d’Arragnouet,
passage de la Neste sur une petite passerelle métallique et montée plein Est dans la sapinière où
nous rejoignons la piste forestière du Lacoué qui nous emmène en 45 minutes à la cabane du
Cortail de Prat 1820m.

Petite cabane en béton, peu de charme, pas de bat-flanc, table, chaises, cheminée et bois à
profusion, par contre pas de source visible. Sympathique tout de même malgré l’aspect cage à lapin, mais pour un groupe restreint.

Le lendemain matin nous montons directement direction Nord Est au dessus de la cabane,
 jusqu’à l’arête qui surplombe la vallée du Moudang et va du pic d’Augas au Nord jusqu’au Garlitz et Bataillance au Sud. On s’arrêtera à la pointe cotée 2290m avant la crête du pic de Cauneille.

Très belle vue sur le Moudang avec les pics d’Aret et du Lustou en premier plan du coté Est et coté Ouest, on voyait bien la station de Piau-Engaly et la Géla, mais le Campbiel et ses voisins avaient la tête dans les nuages. Nous avions choisis de laisser les raquettes dans le coffre du véhicule, choix discutable mais finalement peu pénalisant sur une neige très poudreuse et peu
profonde.                                                                                                                        

 

                          

                                     

    Retour en haut de la page

 

  Pic d'Aulon 2738 m                25 et 26 janvier 2002  Jean Marc, Michel, Eric, Daniel et Pierre Merle

   
Départ des granges d'Aulon et arrivés les premiers à la cabane d'Auloueil .
Au cours du repas un groupe de 8 randonneurs nous rejoint, une partie couchera
sous la tente, la cabane étant bien remplie. Soirée animée par les nombreuses
annecdotes de Pierre Merle qui avait emmené son eau-de-vie de prune pour
réchauffer l'atmosphère. Le lendemain, nous décidons au dernier moment de
monter au pic d'Aulong à la place du Portaras, que certains avaient déja fait.
Michel, généreux compte tenu du grand âge du personnage (76 ans),
redescend à la cabane après 150m de dénivelé pour aller chercher les
crampons que Pierre avait oublié, celui-ci, facétieux comme à l'accoutumée
est monté au sommet......sans crampons.  
                 
                                                                                                                         


 


 



                                                                                                                                            Retour en haut de la page



Le Pic Prada ou Pic d’Arroque 2712m          

                                  




Groupe Caf d’Alain Thoueilles 9 personnes
11 et 12 avril 2015
Samedi : 400m de dénivelée des Granges de Lurgue à la cabane d’Auloueilh, puis 300m jusqu’au lac de Portaras, repas et coucher à la cabane.
Dimanche : 800m de dénivelée jusqu’au Pic Prada (voisin immédiat du Portaras) et retour aux Granges de Lurgue par le même itinéraire. Neige à partir de 1700m (raquettes).




                                                                                                                 

   
                                                                                                                                    Retour en haut de la page



Le Pic de Gourguet 2649m          
En circuit par les vallons d’Estibère et de Port Bielh au cœur de la Réserve Naturelle du Néouvielle


17 Mai 2015
6 participants
Dénivelée globale 1260m, distance parcourue 23 km, temps de parcours 10h20 dont 7h de marche éffective, neige au dessus de 2100m.
Départ  du parking d’Artigusse 1593m à 6h30, lac de l’Oule par la piste, ressaut raide et boisé rive droite du ruisseau d’Estibère, cuvette lacustre des Boudigues, lac du Pé d’Estibère 2100m (9h10), lacs d’Anglade 2175m, lac de l’Ile 2278m, lac Supérieur 2325m, montée au col 2465m et Pic de Gourguet (12h15). Retour par la crête N/N.O pour rejoindre le col de Barèges 2469m (13h15), descente au lac de Gourguet 2218m puis de Coste Oueillères 2100m, traversée laborieuse hors sentier de la sapinière le long du torrent de Port Bielh pour retrouver le lac de l’Oule et les véhicules au parking.
 

                                                                                                                            Retour en haut de la page




Le Port de Bataillance  et la Hourquette de Chermentas              


Club Alpin d’Agen groupe Alain Thoueilles (12 participants)
16 et 17 Janvier 2016
Samedi 16 : le Port de Bataillance 2492m, dénivelée 700m durée 4h15
Départ entrée Nord du Tunnel de Bielsa 1825m à 13h, accès à la Montagne de Bataillance , crête et Port de Bataillance à 15h45.Retour au parking à 17h15, températures très froides, vent de Nord , nombreuses plaques verglacées, neige soufflée par endroit, crampons nécessaires.
Dimanche 17 : la Hourquette de Chermentas 2431m depuis Piau-Engaly
Dénivelée globale 680m, durée 5 h sans les arrêts.
Départ à 1800m sous la piste des Mouscadets à 8h30, montée en 3h30 à la Hourquette , trace pénible à faire dans 25 cm de neige fraîche, retour par le même itinéraire , descente rapide en 1h30. Le groupe des skieurs à pris son pied à la descente sur une neige idéale pour le ski.
 
 


                                                                                                                                      Retour en haut de la page