Randos dans les
Pyrénées
Alpes
Montagnes du monde
 
PYRENEES CATALANES

 COTIELA



La Pena de la Once
Le Cotiella
Movison Grande
Punta Voltaire
 
La Codera 

la Sierra de Chia et la Lierga

 
 
"Tout montagnard est Robinson la montagne est son île, il ne peut compter que sur ses propres moyens" dress> La CODERA  ou le MASSIF DES FUBILLONS - 2425 m          10 11 JANVIER 2004 daniel Raymond Jean Marc
 
 
Partis samedi sous une pluie battante , nous faisons confiance à la météo qui annonçait grand beau sur les versants espagnols ( merci Eric pour ton site météo ).




 
Direction vallée de Plan , puis route de Sin et piste jusqu’à 1620 m ; en effet coté espagnol la neige est beaucoup plus haute et peu abondante sur les versants exposés au Sud , nous sommes d’ailleurs montés au sommet sans raquettes !A 1620 m nous laissons le véhicule et continuons la piste jusqu’à une cabane située en bordure du chemin à 1820 m , ouverte , propre , cheminée qui fume , pas de table ni de sièges ni de bat flanc , pas d’eau à proximité , bref , ce n’était pas le club med mais on a l’habitude et on est content d’en trouver une !

 
 
 Le lendemain toujours sous un temps superbe nous montons sans aucune difficulté au sommet culminant de la Sierra Fubillons à 2425 m’où nous avons pu constater que « tous nos amis espagnols étaient là » puisque nous avions avec un superbe panorama à 360° la vue sur le Mont Perdu , la Suelsa , le Schrader , les Posets , le Turbon et le Cotiella !!! excusez du peu !
   
   
 

Movison Grande 2603 m        28.29 juin 2008 (groupe CAF Agen de Jacques Jougla)

 
  
 
Jacques me faisait saliver en mettant au programme du we le Balaïtous par la Grande Diagonale. Mais vendredi soir au repas du CAF tous les candidats déchantaient, l’objectif était annulé, trop de neige pour la saison et surtout une neige de très mauvaise qualité qui rendait ce type de course risquée. Requiem pour le Bala !!! Je suggérais alors à Jacques d’orienter notre choix vers les versants espagnols traditionnellement moins enneigés et nous avions rapidement envisagé plusieurs sites classiques comme la Pena Montanesa, les Sestrales ou le Comodoto.
Le repas du club, très sympathique comme d’habitude, m’a débloqué les méninges et samedi matin je lui proposais de monter au Collado de Santa Isabel 1528m par une piste que j’ai connue en meilleur état ; un endroit superbe pour accueillir notre bivouac. Pour le dimanche on se mettait d’accord sur le Movison Grande 2603m, petit voisin du massif Cotiela-Pic d’Espouy, un belvédère de premier choix sur les seigneurs du secteur : Anéto, Posets, Schrader et Mt Perdu.
Le samedi soir la petite troupe installe le campement sur les pelouses confortables de Santa Isabel, délaissant la cabane qui sentait la fumée froide et le dimanche matin après un réveil à 5h30 le groupe s’ébroue en direction des falaises calcaires qui dominent le col à l’Est. Deux itinéraires permettent d’atteindre les plateaux arides du Cotiela : nous choisissons celui qui part au Nord-est, mais en l’absence de cairns et de sente bien marquée, nous dérivons un peu trop vers l’Est et butons sur le bout de la muraille. Une première tentative d’escalade sur un éperon était rapidement abandonnée et une large cheminée dans la falaise nous donnait l’occasion de mettre les mains et de sortir les cordes pour déboucher sur les maigres pelouses au pied au Movison Grande. Le sommet à portée de main n’était plus qu’une formalité.
Nous prenons pour le retour la deuxième voie d’accès en descendant dans un large canyon(el gradiello) qui débouche au dessus du col de Santa Isabel par une rupture de pente abrupte et impressionnante mais finalement facile, ce qui nous permet en longeant le bas des falaises de rejoindre l’itinéraire de montée et de retrouver le bivouac vers 14h30. 

NB: en septembre 2012 la piste au départ de Saravillo qui mène au refuge de Lavazar et à la cabane de Santa Isabel est désormais payante, 3 euros par jour et par véhicule "pour l'entretien de cette piste" comme cela est marqué sur le ticket délivré par une borne  automatique au départ du village, la bifurcation pour Santa Isabel n'est plus indiquée, prendre la piste à droite juste après la traversée du barranco.                                        
   


Retour en haut de la page

 la pena de las Once 2650m        16 et 17 octobre 2004-10-17 Jean Marc Bergeron / Daniel Duprat

 
 

 
Départ d’Astaffort à 13 heures sous une pluie battante qui ne nous quittera pas jusqu’au refuge de Lavasar 1925 m .Nous aurons même un peu de neige à la tombée de la nuit qui était de mauvaise augure pour la rando du lendemain .

Le refuge était désert , belle construction mais confort très sommaire : une table , un banc . Pas de bat-flanc , pas de source à proximité , une cheminée qui fume , par contre du bois en abondance .Le coin est superbe et ressemble beaucoup au col voisin ou trône le refuge de Santa Isabel , autre voie d’accès au Cotiella . Pour ce qui nous concerne et après un repos forcé de 2 mois pour Jean Marc , nous décidons de faire plus modeste : ce sera , si le temps le permets la pena de las once 2650 m par le collado del ibon .Le lendemain divine surprise , ciel dégagé et superbe soleil d’automne sur la première neige de saison , une couche modeste de 5 ou 6 cm à partir de 2300 m ( versant nord elle descend un peu plus bas ) .Le sommet est rapidement atteint vers 10 h 15 . Très beau point de vue sur lavallée de Plan , le col de Sahun et tous les grands sommets du secteur : les Posets avec la crête des Espadas faite au mois d’août , l’Aneto , le Schrader et à l’ouest le massif du mont Perdu .

Tout près de nous le mont chauve (Cotiella ) domine le massif des penas horaires ( una , once , medio dia …) et Movison Grande .
 
Du beau spectacle !
Belle rando , pas violente , mais site superbe .
 
   
 
 Retour en haut de la page
Le Cotiella 2912 m Depuis le col et la cabane de Santa Isabel;         9 et 10novembre 2002. Participants :Daniel, Luc et Michel ,Jean-marc
 
La longue approche du Cotellia:
 
La position méridionale de ce massif nous incitait a le réserver pour le début ou la fin de l'hiver.Une première tentative hivernale au Cotiella s'était soldée par un échec.Aprés avoir passé la nuit au refuge d'Armenia avec Pascale et Raymond, nous avions atteint le col d'Armenia; (en raquettes sur le bas puis encrampon);Le fort enneigement nous avait dissuadé d'aller plus loin. Cette fois çi ,nous attaquions a l'opposé par le col et la cabane de Santa Isabel , accessible en voiture ( c'est mieux si elle est un peu haute et tout terrain...)
La soirée fut très conviviale ,avec un menu peu ordinaire : il est rare que l'on mange des huîtres en randonnée. Mais la saison s'y prêtait , ainsi que la proximité de certains anniversaire et le fait que l'on arrive à la cabane en voiture.( ce dernier facteur étant peut être déterminant)On quitte la cabane par un chemin évident , mais quand il faut le quitter et évoluer dans les buis , nous n'avons pas trouvé un sentier aussi marqué que nous l'aurions souhaité En effet nous souhaitions ne pas suivre le sentier principal mais tirer au plus court et passer par une sorte de défilé appelé "el gradiello"sur la carte
.Pour ce faire, il faut passer a flanc sous la "punta Lacuès" puis remonter une partie rocheuse ,assez raide ,ou on peut même mettre un peu les mains dans la partie finale. Ensuite on débouche sur un grand plateau peu pentu ou l'on chemine longuement un peu plus au sud que le sentier principal que l'on finit par rejoindre vers 2500 m ainsi que le sentier venant de Lavasar. De la on monte au col de la colladeta (2705 m) d'ou une large arête nous conduit au sommet 2912.
Il fait beau mais frais (on est en novembre)Malheureusement pour le panorama la chaine , au nord est couverte par le mauvais temps venant de France.Ca se levera progressivement et partiellement en cours de journée. Le retour se fit par le même itinéraire, avec toutefois une petite facétie. Sur le grand plateau , aux environs de 2300 m (voir la photo ci-dessus), et en l'absence d'un cheminement net , une erreur d'azimut nous amena trop vers le sud dans la descente d'une gorge parallèle au "Gradiello" mais plus au sud. Et qui présente la particularité intéressante de déboucher sur ....le vide! Pas moyen de passer , il fallut remonter. Particulièrement apprécié par J-m qui n'ayant pas envie de remonter s'obstina a descendre très bas pour en avoir le coeur net et fut donc contraint d'en remonter encore plus.
 
 


 

 Retour en haut de la pa

El Turbon 2492m par la cabane Margalita           29.30 Mars 2003        Jean Marc, Michel et Daniel

        
 
On quitte la route de Llert pour prendre à gauche une piste qui nous emmène
après 6 km à la cabane de Margalita 1434m où nous trouvons un bûcheron espagnol
qui nous laissera pour passer le dimanche à la »casa ».

La cabane a un confortsommaire, pas de bat-flanc, de table et de banc,
par contre bois et eau à volonté.

Le lendemain nous prenons un vallon étroit au Nord qui débouche après
quelques pas d’escalade facile sur la vallée suspendue de San Adrian dominée
par de belles falaises et un petit groupe d’aiguilles pittoresques que nous ne
verrons pas tant nous sommes dans un brouillard opaque.


On remonte ce vallonpar la rive droite en raquettes car nous avons trouvé la neige
puis nous grimponsà l’Ouest au jugé sur la crête après beaucoup d’hésitations j
usqu’à ce que le voilede brouillard se déchire opportunément pendant quelques
minutes, puis de lacrête nous rejoignons le sommet à nouveau sans visibilité.


Compte tenu descirconstances, on ne descendra pas par le couloir, qui en bout de crête,
permet de plonger directement sur la cabane, mais nous reprenons sagement
l’itinéraire aller. 
                                                                                                                                                     
          
 Punta Voltaire                          20 décembre 2003  Daniel, Michel Raymond et Jean Marc
  
Pour le dépucelage du 4x4 mercedes de Michel , une rando avec piste s’imposait !
Ce sera la PENA DE LA ONCE 2650 m dans la vallée de PLAN avec plus de 12 km de mauvaise piste à partir de SARAVILLO on allait être servi.Mais c’était sans compter sur un élément imprévu : une couche de neige trop abondante. En effet le refuge de LAVASAR
étant à 1920 m , vers 1600m exposition nord une abondante couche de 30 cm bloquait le
 4x4 malgré les merveilles d’électronique dont il est pourvu ! Mais les lois de la nature
et de la physique sont incontournables .Impossible de rejoindre le refuge à pied , nous
étions trop chargés et il fallait compter près de 2 heures.

 
On décide alors d’adopter le plan B , un repli stratégique sur le refuge SANTA ISABEL
situé moins haut à 1525m.Arrivée au refuge de nuit, nous sommes seuls, corvée de bois
feu allumé et préparation du repas.  Mauvaise surprise , le bois est abondant mais la cheminée fume comme un sapeur Il faudra se résoudre à laisser la porte ouverte et
éteindre le feu avant de se coucher ! Pour ce qui est du repas , on verse dans la gastronomie.Huitres , vins blanc et rouge ,il y avait de l’ambiance ! Le lendemain nous renonçons au MOVISON GRANDE , le goulet pour accéder au plateau supérieur
paraissant gelé et très exposé.Nous décidons sagement de faire la PUNTA VOLTAIRE
2245 m un sommet voisin de la PUNTA LLERGA qui domine la vallée de PLAN et
d’où nous avions un superbe point de vue sur le massif du COTIELLA à l’Est sur le CASTILLO MAYOR et les SESTRALLES à l’Ouest , la crête frontière étant très
encombrée nous n’avons pas vu le MONT PERDU .Néanmoins , après le MOLIERES le VOLTAIRE nous risquons finir chez PIVOT !!! Au retour le passage du tunel de BIELSA confirmait notre choix météorologique puisque de l’autre coté c’était purée et pluie               
!

                                                                                                                                                       Retour en haut de la page
 


 
    la Sierra de Chia et la Lierga                               
Sortie Caf Agen groupe Alain Thoueilles et Guy Souchère
10 et 11 Novembre 2012

        Samedi : dénivelé 600m / 4 heures
Départ du refuge Cerro Marradetas 2005m à 13h30 sous la neige et le vent.
Monte Casania ou Cabo Pientes 2375m (14h40) et Punta de Chia 2515m (16h), retour au refuge à 17h30 où nous sommes accueillis par Tété et Carmen les sympathiques gardiens venus spécialement pour nous de Ainsa.( www.ttaventura.com)
                  Dimanche de la Saint-Martin à Santa Isabel : dénivelé 700m /4h30
Départ  du col de Santa Isabel 1542m à 10h, le cheminement bien tracé contourne la Lierga par la droite (Nord) pour monter sur le vaste plateau et atteindre le point dominant la Punta Bocolon 2267m à 12h30, nous cherchons un emplacement à l’abri du vent de Nord pour « un casse-croûte blanc  monté en neige » et rejoignons par la même voie Santa Isabel à 15h30.