Bienvenue sur le Site

danirando.wifeo.com



Randos dans les
Pyrénées
Alpes
Montagnes du monde

Trek itinérant dans les Carpates
(Hautes Tatras)


Visite de Cracovie, Auschwitz et Birkenau

Michel Girardin et Daniel Duprat:
du samedi 25 Juin au dimanche 03 Juillet 2011

"Pour croire avec certitude, il faut commencer par douter". Proverbe polonais

                                                                                               

                                 



 

                                                                                                        
Logistique : avion Toulouse/Krakow par Munich à l’aller, et retour par Bruxelles (Lufthansa 280 euros)
    Samedi : arrivée Krakow(Cracovie) en début d’après-midi, Eric nous emmène en voiture à Zakopane (110 km) au pied Nord des Htes Tatras. Nous mettons notre tenue de trek, laissons nos affaires de voyage à la consigne de la gare, prenons avec l’aide linguistique d’Eric notre billet de train Zakopane-Cracovie pour le retour, visitons rapidement le « Chamonix » polonais, buvons une « piwo » (bière) avec Simon qui traverse les Carpates sur 4 mois et repartons pour Zdiar en Slovaquie point de départ de notre trek où nous passons la nuit. Nous y faisons la rencontre de Yan et Alain, 2 toulonnais qui envisageaient de faire une partie du trek comme nous, divergeant ensuite sur l’itinéraire.

       (7h de marche)  Dimanche : départ à 8h de Zdiar 800m pour les Tatras Blanches (calcaires), passage du Vysne Kopske Sedlo (col) 1934m et arrivée au Chata (refuge) Pri Zelenom Plese 1551m vers 15h avec Eric qui nous accompagnera sur 2 jours ainsi que Yan et Alain.
     (8h30 de marche)  Lundi : départ 6h pour les Tatras granitiques, passage du col Pod Svistovkou 2030m, descente jusqu’à l’observatoire astronomique de Skalnata Chata 1476m, puis remontée au Zbojicka Chata 1960m où nous passerons la nuit (arrivée vers 14h30). Eric prend le repas avec nous pour redescendre dans la vallée en Slovaquie, prendre un bus qui le ramènera à Zdiar où l’attend son véhicule pour rentrer chez lui à Wroclaw en Pologne après 4 heures de route.
       (8h30 de marche)  Mardi : départ 8h, passage d’une brèche 2290m (Prielom) raide et partiellement enneigée où il faut mettre les mains. La descente en couloir encaissé est équipée de chaînes. Nous laissons vers 2100m nos 2 compères Alain et Yan pour remonter un col à 2200m ( Polsky hreben) et basculer dans la vallée de la Velicka. Nous sommes accueillis par un vent violent et une pluie très forte, nous passons sous le Gerlachosky 2655m, point culminant des Carpates sans voir le sommet tellement il fait mauvais et arrivons au Sliezsky Dom où nous prenons une soupe chaude puis nous repartons sous les bourrasques jusqu’au col Sedlo pod Ostravou 1966m. Nous croisons en chemin notre compatriote parisien Simon, aussi trempé et transi que nous. Après avoir fait la traversée des Alpes de Vienne à Nice, il s’est lancé dans la traversée des Carpates de Vienne à Belgrade, à travers Autriche, Slovaquie, Ukraine, Roumanie et Serbie sur 4 mois avec un sac de ….7 kg !! Il avait consulté notre « Tatralogue » Eric sur le net pour construire une partie de son périple. De même pour Yan et Alain les toulonnais baroudeurs, « mangeurs de serpents » dans la jungle du Costa Rica qui avaient eux aussi demandé conseil à Eric. Il faut dire que notre franco-polonais est incontournable sur le net, tapez Tatras sur Google et vous tombez immanquablement sur « THE SPECIALISTE » des Tatras !!
Du col nous plongeons littéralement sur le lac de Popradske Pleso et son refuge  à 1500m. Pluie comme des hallebardes,  grêlons et vent à décorner un bœuf, rien ne nous a été épargné pendant près de 8 heures de marche. Alain et Yan sur le versant polonais ayant connu les mêmes joies décidaient de jeter l’éponge et de rejoindre Krakow, pourtant ce ne sont pas des « tafioles » (expression toulonnaise que tout le monde connait) !! Devant le très grand pessimisme de la météo, nous décidons de ne pas tenter l’ascension du Rysy point culminant de la Pologne sur la frontière slovaque prévue le lendemain mercredi, le vent violent pouvant être très dangereux sur l'arête.


       (3h de marche)   Mercredi : nous laissons nos affaires à sécher au refuge et descendons dans la vallée jusqu’à Strbske Pleso (15 km AR) toujours sous une pluie dantesque. Nous avons enfin à ce village du réseau téléphonique qui nous permet de joindre notre sherpa Eric qui nous conseille fermement de renoncer au Rysy beaucoup trop dangereux dans ces conditions et de rentrer en train puis en bus en Pologne jusqu’à Zakopane. Nous le rassurons en lui disant que nous suivrons son conseil et remontons au refuge.
        (8h30 de marche)  Jeudi : les affaires sont sèches et il n’y a plus de vent mais il pleut toujours autant ! Eric nous avait averti, quand il fait mauvais sur les Tatras, ça ne fait pas semblant, t’as raison !! Sans vent l’ascension nous semble jouable et nous partons vers 7h30. Arrivée au refuge Chata post Rysmi 2200m où nous faisons connaissance autour d’un thé chaud avec Sabrina une jeune et charmante polonaise qui parlait le français de façon excellente, nous sortons nos ponchos trempés pour mettre nos vestes de montagne, montons jusqu’au col Vaha 2300m puis jusqu’au sommet 2500m. La descente très raide coté polonais est équipée de chaînes sur 400m de dénivelé, des rigoles d’eau dévalaient le long de la paroi et nous douchaient abondement. Arrivés au bas des chaînes sans avoir vu personne, nous pensions être un peu « félés » et pourtant nous avons croisé des candidats au prix d’excellence, un couple de polonais attaquant la face avec ….des sacs poubelles sur la tête en guise de protection et chaussés de … tennis. Aux fous !!!
Nous atteignons enfin après 8h30 de marche le célèbre lac de Morskie Oko et son refuge au moment où un coup de tonnerre déclenchait à nouveau la pluie après une demie-heure de répit.
      (3h de marche) Vendredi : la météo étant toujours à la pluie nous décidons de renoncer à la dernière étape et retrouvons Zakopane en bus après avoir rejoint la vallée au bout de 3 heures de marche. Nous récupérons notre barda à la consigne et prenons la PKP (SNCF locale) pour rejoindre Cracovie avec un train moderne et confortable mais peu rapide (3h/140 km). Nous rejoignons l’hôtel que notre ami Eric avait réservé dans le centre historique de Cracovie.


 
                     
    Samedi:  matin visite du superbe centre historique et après-midi nous allons en bus à Auschwitz et Birkenau (60 km) visiter l’enfer des camps nazis et accomplir un devoir de mémoire.
Auschwitz, Haut-Lieu de l'Histoire des hommes.
"Qu'est ce qu'un Haut-Lieu ? C'est un arpent de géographie fécondé par les larmes de l'Histoire, un morceau de territoire sacralisé par un geste, maudit par une tragédie, un terrain qui, par delà les siècles, continue d'irradier l'écho des souffrances tues ou des gloires passées, c'est un paysage béni par les larmes et le sang. Ici, il y a eu une telle intensité de tragédie en un si court épisode de temps que la géographie ne s'en est pas remise, les arbres ont repoussé, mais la Terre, elle, continue de souffrir, il faut la regarder en silence car les fantômes la hantent. " Sylvain Tesson "Bérézina"
Dziekuje (merci) Eric tu nous as préparé un trek superbe, rien n’a été laissé au hasard hormis la météo, mais si tu es le Messie des Tatras, tu n’es pas encore Dieu le Père ! Quoiqu’il en soit, cet endroit est très beau, et j’ose l’imaginer sous le soleil ! Par contre la langue pour nous pauvres latins est tout simplement incompréhensible, que ce soit coté polonais ou slovaque. Anglais ou allemand obligatoire pour communiquer et encore…..
Dernier point, les refuges pouvant être bondés (quand il fait beau !) nous étions en complète autonomie plus quelques bricoles du genre crampons, sangle, mousquetons, corde de 10m….au cas où, mêmes si les passages scabreux sont généralement équipés de chaines ou broches ça peut être utile ! Notre sac pesait donc 19 kg (celui des toulonnais en faisait bien 2 ou 3 de plus) ce qui est quand même un peu lourd !! Notre regretté Pierre Merle disait : « le poids est l’ennemi du vieux.. » !!  
(Précisions pour ceux qui ne connaissent pas Eric Visentin: agenais et membre du CAF d'Agen, il a trouvé son bonheur conjugal en Pologne avec Dorota, ils ont un petit Nicolas. Il travaille en Pologne à Wroclaw. Lorsqu'il était étudiant en France nous avons eu l'occasion de faire 7 ou 8 randos ensembles dans les Pyrénées)