Randos dans les
Pyrénées
Alpes
Montagnes du monde

 


 

Le Mont Blanc 4807m



Première semaine de Septembre 1999 








 
"Les montagnes ne vivent que de l'amour des hommes. Elles dispensent une richesse qui n'a pas de prix : le bonheur que l'on découvre dans les yeux de ceux qui les fréquentent" Gaston Rébuffat

                                                        


L'ascension du Mont-Blanc (Daniel)

Mes habituels complices de randonnées n'étant pas disponibles ou motivés, je fais appel à Club Aventure pour faire l'ascension du Mont Blanc après une mise en jambes de 3 jours
sur et autour de la Mer de Glaces.               
Lundi matin: réunion du groupe (8 personnes), distribution du matériel ( casques,crampons...), connaissance du guide et nous nous rendons sur le glacier du Trient pour acquérir ou parfaire les techniques de cramponnage sur glacier, descente et remontée de crevasses etc...

Mardi: nous prenons le train du Montenvers pour prendre pieds sur la Mer de Glaces (1913m) et rejoindre le refuge de l'Envers des Aiguilles (2523m).

Mercredi: traversée de la Mer de Glaces, remontée du glacier de Leschaux, et arrivée au refuge du Couvercle (2587m).

Jeudi : retour au Montenvers par les contreforts de la Mer de Glaces et briefing à Chamonix.

Vendredi : nous prenons la benne des Houches, puis le train à crémaillère jusqu'au Nid d'Aigle (2372m) véritable départ de l'ascension. Petit arrêt au refuge de Tête Rousse (3167m), puis passage du fameux "couloir de la mort", où dévalent pierres et rochers de toutes sortes en provenance du haut de l'arête du Goûter (une italienne évacuée devant nous un genou explosé!!), puis remontée de l'arête du Gouter jusqu'au refuge du Goûter 3817m) où nous trouvons la glace et la neige. Nuit au refuge (bondé comme d'habitude).

Samedi : lever 3heures, départ en cordées de 3 plus 1 guide vers 4h . Aiguille du Goûter (3863m), Dôme du Goûter (4304m), col du Dôme, refuge Vallot (4362m), arête des Bosses et sommet du Mont Blanc à 6h45 aux premières lueurs du jour. Féerique, mais -20° et un vent à décorner les boeufs, on n'a pas pu profiter très longtemps du paysage. Vingt minutes plus tard on entamait la descente d'abord jusqu'au refuge pour récupérer quelques affaires et dans la foulée jusqu'au Nid d'Aigle.
Superbe, mais grimpeurs solitaires, s'abstenir !!!
                                            
 

 

 

             
                                                                                                                                                Retour en haut de la page