Randos dans les
Pyrénées
Alpes
Montagnes du monde
PYRENEES CENTRALES

LA MUNIA


La Munia par les crêtes de Troumouse
La Munia et Robiniera depuis Chisgües


  le Pic de Mount-Herrant

  


 
"La lanterne des autres ne sert qu'à nous égarer"Ch. Signol







 La Robinera  et la Munia par Chisagües                

Groupe CAF/Agen d’Alain Thoueilles (9 participants)
26 et 27 Août 2017
Samedi 26 : Pic de la Robinera (3003 m) par la vallée  de Chisagües et les lacs de la Munia
Dénivelée 1225m, distance 10.3 km, durée 4 h dont 2h50 pour le sommet depuis le lac supérieur de la Munia hors arrêts.
Départ 12h50 à 1900m à l’extrémité de la piste de Chisagües pour atteindre le collado de las Puertas et le lac supérieur de la Munia 2540 m en 1h30 au bord duquel on installe notre bivouac (superbe emplacement avec eau du torrent à proximité au dessus). Le sommet de la Robinera est atteint en 1h20
Dimanche 27 : Pic de la Munia 3133m
Dénivelée 710m, distance 9 km, durée 4h30 pour le sommet sans compter les arrêts.
Passage au Col de la Munia et sa crête occidentale  pour atteindre le sommet en 1h50. Les nuages menaçant versant espagnol nous dissuadent de rendre visite à la Petite Munia et au Serre Mourène.
A la descente, au pieds du célèbre « Pas du Gat » plus incommode que difficile (dalle fendue de 3m lisse II sup) nous avons la surprise de rencontrer  2 montagnards connus de nous, Patrice de Bellefon  (entré la veille dans sa 80e année, eh oui ! La montagne conserve...) et Florian Jacqueminet(http://flojac-pyrenees.blogspot.fr/), vice-président du Caf d’Auch, rédacteur en chef de la Revue pyrénéenne (http://www.revue-pyreneenne.com/), montagnards chevronnés.
 Fin de la course à 13h au parking de la piste de Chisagües après avoir essuyé une bourrasque dans le descente.
 


 La Munia par les crêtes de Troumouse                  Mercredi 5 Août 2009 (Camp CAF d'Agen )

 
Alain , Gérard et Daniel

       Nous intégrons le groupe de Sophie et Bernard pour faire l’intégrale de la crête de
Troumouse ( escalade PD sup.Exp. déniv.1300m), du col de la Sède 2651m au pic de la Munia 3133m en passant par le pic Heid 3022m, le petit pic de Troumouse 3028m, le pic de Troumouse 3085m, le Serre-Mourène 3049m, et la petite Mounia 3096m.
 Très belle course par beau temps, la montée du Serre-Mourène à de l’allure !

 Souvenir....souvenir......

En 1982 la Munia a été mon premier sommet de novice montagnard et donc aussi mon premier 3000, emmené par mon copain Jean-Marc et deux autres amis. Après la montée au sommet par la voie normale au départ du cirque de Troumouse, à l'initiative de mes compagnons on laissait le sac au sommet pour faire l'aller-retour jusqu'au pic Heid. Sans aucune assurance et totalement inexpérimenté, la descente puis la remontée du Serre-Mourène m'avait donné quelques frayeurs, mais heureusement cela n'a pas contrarié ma vocation !!
                                                                                                                        
      


                                                                                                                                      Retour en haut de la page





le Pic de Mount-Herrant ou Mounherran                         
par l'arête depuis le Grand Pic d'Estaubé   10 heures sans les arrêts


      Alain et Daniel
11 et 12 Septembre 2013
Nous couchons à la cabane de Groute 1830m sur le bord de la route qui mène à l’auberge du Maillet notre point de départ le lendemain à 7h30 après dissipation des brumes matinales et au lever du jour.
Depuis le parking traverser vers le Sud les pelouses en direction des 2 torrents permanents du petit cirque calcaire. Au bout de 25 min franchir par la droite un premier escarpement isolé (1930m, vieux piquets métalliques). Remonter le ravin dans des pentes raides sans sentiers mais cairnées. Au bout d’une heure on atteint un premier replat, puis toujours plein Sud un deuxième replat  qui nous emmène sous une brèche d’un accès peu commode au dessus d’un pierrier à gauche du Grand pic d’Estaubé que l’on escalade sans trop de difficulté par la gauche de l’arête (3h). De ce sommet on domine l’arête qui mène par une pointe secondaire à la brèche de Mouhnerran au pied du sommet éponyme. La progression demande assez d’attention tant certains passages schisteux sont délités. Arrivés à cette brèche, prendre vers l’Ouest (à gauche) une corniche un peu aérienne et horizontale qui se situe au niveau des marques de peinture du parc  et qui évite le raide ressaut au dessus de la brèche. Rapidement en vue de l’arête Ouest, la corniche s’estompe, s’élever directement vers l’Est dans des rochers en escalier puis par une sorte de couloir-cheminée qui rejoint l’arête Ouest et mène au sommet  à 12h45(raide mais assez facile I-II). Du sommet on continue l’arête plein Nord vers une pointe cotée 2761m pour redescendre son arête Ouest jusqu’à un collet coté 2606m. De ce collet redescendre dans la vallée d’Estaubé juste au dessus de la cabane du même nom en évitant les nombreuses barres rocheuses qui tombent dans cette vallée. Arrivés fourbus au parking des Gloriettes nous avons la chance de nous faire ramener au Maillet où se trouvait notre véhicule par un berger très sympathique  qui nous a évité 1h30 de marche supplémentaire.
En résumé, sommet difficile d’accès, pas de sente, cairns rares et rocher peu sûr, à fréquenter uniquement par temps sec et avec une bonne visibilité.
 








 

                                                                                                                               

                                                                                                                                  Retour en haut de la page